La pression, l’appréhension, la prison, l’impression.

La pression que je ressens pour tout. Comme si un monstre m’infligeait les fardeaux de tout.

L’appréhension quand je sors dans la rue. Essayer d’être à l’aise au milieu d’inconnus.

La prison, mon enfer. Quand tout s’écroule doucement parce que je ne peux rien faire.

L’impression de déranger, souvent, toujours. Je sens que je suis morte je ne trouverai jamais l’amour.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s